Evaluation, suivi et accompagnement des pathologies de sur-sollicition

Evaluation, suivi et accompagnement des pathologies de sur-sollicition

En kinésithérapie , beaucoup de pathologies inflammatoires ou mécaniques sont en lien avec une sur-sollicitation du corps ou d’une partie du corps du patient.
L’enjeu pour un kinésithérapeute est d’être précis et efficace dans l’accompagnement de la remise en contraintes des tissus pathologiques du patient. Les valeurs de contraintes appliquées sur les tissus, sont un indicateur intéressant pour la rééducation.

Pour accompagner le traitement des pathologies de sur-sollicitations, la quantification des contraintes non douloureuses et le biofeedback visuel sont deux outils intéressants.
La précision de la quantification des contraintes est habituellement basée sur la biomécanique théorique des exercices et sur l’empirisme du kinésithérapeute. Tout en étant évidement guidé par les sensations ainsi que les douleurs du patient.

Le dynamomètre connecté permet de répondre à ces problématiques en donnant des valeurs de contraintes appliquées sur les tissus. Ces valeurs enregistrées peuvent être partagées avec le patient, pour un retour en direct.
Leur utilisation, couplée à des questionnaires de douleurs, une éducation du patient et une approche spécifique de chaque cas, peut, à mon sens, contribuer de manière importante à l’efficacité du travail des rééducateurs.
Le Dynamomètre permet d’ajouter un critère objectif pour le kiné comme pour le patient dans la progression de la rééducation.

Je vous propose de partager mon expérience d’utilisation d’un dynamomètre connecté dans ce type de pathologies, en prenant des exemples concrets tels que la pubalgie ou la tendinopathie de la coiffe des rotateurs.


Contenu

Vidéos présentant le dynamomètre et les différentes utilisation possible dans le cadre d'une rééducation de pathologie de sur-sollicitation

Institution / Organisme :
KINVENT


Langues

Français

Vidéo


En cours

Réserver